ACAT SELESTAT

ACTION DES CHRETIENS POUR L’ABOLITION DE LA TORTURE
« Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites »  -  Matthieu (25-40)

Musique et Droits humains (# 18)

Dans un contexte tendu lié au racisme et à la ségrégation, Sam Cooke écrit et chante en 1963 « A change is gonna come » , morceau devenu emblématique du mouvement des droits civiques aux USA. Son influence a été énorme : il était régulièrement diffusé avant les discours de Martin Luther King.

Un titre toujours d’actualité alors que les violences raciales perdurent pendant la campagne électorale américaine en cours…

A Change Is Gonna Come
(Un Changement Va Arriver)

I was born by the river
Je suis né au bord de la rivière
In a little tent
Dans une petite tente
And just like the river
Et comme la rivière
I’ve been running ever since
Je n’ai jamais cessé de courir depuis

It’s been a long, long time coming
Ça fait un long, long moment que j’attends
But I know a change gonna come
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh, yes it is
Oh, oui c’est vrai

I go to the movie
Je vais au cinéma
And I go downtown
Et je vais en ville
Somebody keep tellin me
Quelqu’un continue à me dire
Don’t hang around
Ne traîne pas là

It’s been a long, long time coming
Ça fait un long, long moment que j’attends
But I know a change gonna come
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh, yes it is
Oh, oui c’est vrai

It’s been too hard living
C’est trop dur de vivre
But I’m afraid to die
Mais la mort me fait peur
I don’t know what’s up there beyond the sky
Je ne sais pas ce qu’il y a là-haut au delà du ciel

It’s been a long, long time coming
Ça fait un long, long moment que j’attends
But I know a change gonna come
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh yes it will
Oh, oui c’est vrai

Then I go to my brother
Puis je vais voir mon frère
I say : brother help me please
Je lui dis : frère aide-moi s’il te plait
But he winds up knocking me
Mais il finit par me renverser
Back down on my knees
Par terre sur mes genoux

There’s been times that I thought
Il y a eu des moments où j’ai pensé
I wouldn’t last for long
Que je ne resterais pas pour longtemps
But now I think I’m able to carry on
Mais maintenant je pense que je suis capable de continuer à vivre

It’s been a long, long time coming
Ça fait un long, long moment que j’attends
But I know a change is gonna come
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh, yes it will
Oh, oui c’est vrai

Plaidoiries & droits humains.

Un acteur, cinq plaidoiries, cinq moments de vérité.

• À Bobigny, Gisèle Halimi défend l’avortement. Elle dénonce une loi obsolète qui empêche les femmes de disposer librement de leur corps.
• En 1976, c’est à la peine de mort que Paul Lombard s’attaque, en voulant éviter la peine capitale à Christian Ranucci.
• A Clichy-sous-Bois, Jean-Pierre Mignard défend les familles de Zyed Benna et Bouna Traoré, électrocutés dans un poste électrique pour avoir tenté d’échapper à un contrôle de police.
• En 2006, l’acte infanticide de Véronique Courjault lève le tabou du déni de grossesse.
• À Bordeaux, le procès de Maurice Papon revisite les heures sombres de l’histoire de France.

Les grandes affaires judiciaires ne sont jamais enregistrées. Les paroles s’effacent. Mais grâce au travail de reconstitution conduit par Matthieu Aron, les mots sont à nouveau prononcés.
Incarnant les grandes figures du barreau, Richard Berry magistralement seul-en-scène nous fait revivre ces grands procès qui révèlent des faits de société majeurs ayant marqué l’histoire judiciaire de ces quarante dernières années.

A voir et à écouter dès que possible!

Avec Richard Berry
Mise en scène : Eric Théobald
D’après Les grandes plaidoiries des tenors du barreau de Matthieu Aron

 

Le tweet du jour.

Musique et Droits humains (# 17)

Sorti en juin 2018,  « Chante la rue chante«  évoque la dictature et la capacité des peuples à se révolter et à ne pas oublier la liberté. Pascal Obispo nous le rappelle à l’heure du 14 juillet !

NB: on notera les très beaux choeurs africains qui chantent en wolof, langue du Sénégal.

Chante la rue chante 

Qu’est-ce qui nous fait croire
Qu’il faut se verrouiller la mâchoire
En silence à genoux
Devant ceux qui gueulent plus fort
Plus fort que nous
Qu’est-ce qui nous fait dire
Qu’il faut laisser les clés de l’avenir
Aux arrogants oracles
En attendant qu’ils fassent pour nous des miracles
Et nos cris restent dans nos gorges
Au pays de Piaf et des rouge-gorges

Chante la rue chante
C’est ta voix elle t’appartient
Chante allez chante
Les pensées qui te hantent
Les idées auxquelles tu tiens
Chante à tue-tête
À la face des puissants
N’aie pas peur de les rendre sourds
Ils le sont depuis longtemps
Depuis toujours

Qu’est-ce qui nous fait croire
Qu’il faut abandonner l’espoir
Et nos ivresses
Au pays des 14 juillet et de Jaurès
Regarde la foule
Qui tangue et danse
Comme un torrent qui roule
Mort au silence
Faire du bruit ensemble est une force immense
Nos voix s’unissent en un seul cœur
Au pays de Piaf, des merles moqueurs

Chante la rue chante
C’est ta voix elle t’appartient
Chante allez chante
Les pensées qui te hantent
Les idées auxquelles tu tiens
Chante à tue-tête
À la face des puissants
N’aie pas peur de les rendre sourds
Ils le sont depuis longtemps
Depuis toujours, depuis toujours
Chante contre les aboiements, les abus
Chante quand dans ta vie, rien ne chante plus
Chante pour conjurer tes douleurs
Nos poumons ont tous la même couleur

Chante la rue chante
C’est ta voix elle t’appartient
Chante allez chante
À la face des puissants
N’aie pas peur de les rendre sourds
Ils le sont depuis longtemps
Depuis toujours
Chante, allez chante
Liberté
Liberté, chante
Il faudra t’écouter

DNA Jeudi 25 juin 2020.

DNA Mardi 23 juin 2020.

Nuit des Veilleurs 2020.

 

Chaque année, à l’occasion de la Journée de l’ONU de soutien aux victimes de la torture (26 juin), l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT) propose aux chrétiens de toutes confessions de devenir veilleurs, au cours d’une nuit de prières à l’intention de ceux qui, partout dans le monde, sont torturés. Cette chaîne de prière mondiale est un événement œcuménique unique, une action tout à la fois individuelle et collective.

Pour la 15e Nuit des Veilleurs – nuit du 26 au 27 juin 2020 – l’ACAT-France et plusieurs autres ACAT sur divers continents proposent le thème suivant : « Le cri de Job » (Job 17,15). Le livre de Job nous rend attentifs aux souffrants et nous invite à porter dans notre prière nos frères et sœurs en souffrance. Christ, par sa mort et sa résurrection, nous a libérés, car la souffrance n’est plus une impasse, elle devient passage.

A Sélestat, notre groupe ACAT Centre-Alsace vous propose une veillée de prières, musiques et chants le vendredi 26 juin 2020 à 20h au temple protestant.


En savoir +

Les documents concernant la Nuit des Veilleurs 2020 sont disponibles sur le site spécifique:  www.nuitdesveilleurs.fr/fr.

Tian’anmen: ne jamais oublier !

En juin 1989, des centaines voire des milliers de citoyens qui manifestaient pacifiquement pour la démocratie ont péri sous les chars de l’Armée populaire de Chine autour de la place Tiananmen de Pékin et en province. Une génération plus tard, les graines semées par ces étudiants martyrs ont germé à Hong Kong, où la jeunesse se mobilise face au danger de l’autoritarisme.

« Souvenons-nous de Tian’anmen et soutenons Hong Kong », tel est le titre du communiqué de l’ACAT; pour se souvenir et… agir !

>>> lire le communiqué de l’ACAT

Musique et Droits humains (# 16)

Ecrit en 1982 pendant la guerre des Malouines, « Brothers in arms » du groupe rock britannique Dire Straits suggère l’absurdité de la guerre pour les « frères d’armes », camarades ou soldats ennemis, d’un côté ou de l’autre de la tranchée…

Brothers In Arms 
(Frères D’armes)

These mist covered mountains
Ces montagnes embrumées
Are a home now for me
Deviennent désormais ma demeure
But my home is the lowlands
Mais ma patrie est en Écosse
And always will be
Et le restera toujours
Some day you’ll return to
Un jour vous retournerez vers
Your valleys and your farms
Vos vallées et vos fermes
And you’ll no longer burn
Et vous ne vous tourmenterez plus
To be brothers in arms
D’être des frères d’armes

Through these fields of destruction
A travers ces champs de destruction
Baptism of fire
Le baptême du feu
I’ve witnessed all your suffering
J’ai été témoin de votre douleur
As the battles raged higher
Alors que les affrontements redoublaient d’intensité
And though they did hurt me so bad
Et bien qu’ils m’aient porté un coup fatal
In the fear and alarm
Dans la peur et l’inquiétude
You did not desert me
Vous ne m’avez pas abandonné
My brothers in arms
Mes frères d’armes

There’s so many different worlds
Il y a tant de mondes différents
So many different suns
Tant de soleils différents
And we have just one world
Et nous n’avons qu’une planète
But we live in different ones
Mais nous vivons dans des mondes séparés

Now the sun’s gone to hell
Le soleil est désormais parti en enfer
And the moon’s riding high
Et la lune s’élève
Let me bid you farewell
Laissez-moi vous faire mes adieux
Every man has to die
Tous les hommes doivent mourir
But it’s written in the starlight
Mais il est écrit dans la lumière des étoiles
And every line on your palm
Et dans chaque ligne de votre main
We’re fools to make war
Que nous sommes fous de faire la guerre
On our brothers in arms
A nos frères d’armes

Respect des Droits humains: encore du travail…

Il y a des jours comme ça; le temps semble immobile.

Cette semaine, aux Etats-Unis, la mort tragique de George Floyd, père de famille afro-américain asphyxié par un policier blanc nous rappelle l’éternel mal du racisme ordinaire. Une violence raciale qui perdure…

En France, la disparition de Guy Bedos, artiste engagé, défenseur des plus faibles, des sans-papiers, des sans-logis… semble faire écho au renvoi en cassation de Cédric Herrou devenu le symbole de l’aide aux migrants. Le « principe de fraternité »  serait-il toujours aussi problématique au sein de la République ?  En tout cas, le texte lu par Guy Bedos et Muriel Robin en 2002 n’a pas perdu de son actualité:

Pour le respect des Droits humains ici et ailleurs, le temps semble parfois figé.
A nous de briser le cercle vicieux de l’éternel recommencement.
Un combat de chaque instant; il y a encore beaucoup de travail…



Messe de Rentrée à Sélestat.
Voir toutes nos photos

Formulaire de contact

Nom                                                                                           Email
Votre message

Savez vous compter ? (contre le spam) Combien font 1 auquel on ajoute 3 :
  • Recherche

    Effectuez des recherches dans nos articles en entrant vos mots clés ci-dessous