ACAT SELESTAT

ACTION DES CHRETIENS POUR L’ABOLITION DE LA TORTURE
« Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites »  -  Matthieu (25-40)

DNA jeudi 30/03/2017

Article paru dans les Dernières Nouvelles d’ Alsace du 30/03/2017 suite à la soirée de projection du film « Dis-leur que j’existe » organisé à Sélestat par le groupe ACAT-Sélestat.

DNA mercredi 22/03/2017

L’Alsace mardi 21/03/2017

Annonce parue dans L’Alsace pour annoncer le Chemin de Croix à Maisonsgoutte.

Invitation.

Après une première édition réussie à Villé l’année dernière, l’Acat propose un chemin de croix « new look » en l’église de Maisonsgoutte dans la vallée de Villé le vendredi 24 mars prochain à 18h. Nous y serons. Soyez les bienvenus.

Film débat et rencontre avec Claude Mangin-Asfari.

Ce samedi soir, 11 mars 2017, c’est avec le soleil et notre flyer à la main que nous étions venus accueillir Claude à la gare. Depuis des mois, nous correspondions par mail et sms et nous allions enfin pouvoir nous toucher des yeux et converser de vive-voix.

Et comme à chaque fois que nous avons le privilège de rencontrer une personne dont nous soutenons la cause, c’est elle qui nous booste et renforce notre engagement…

Il faut bien dire que Claude nous a tous impressionnés avec son sourire tranquille, sa profonde connaissance de l’histoire et de la situation du Sahara Occidental, sa grande force intérieure, sa détermination farouche face à l’adversité dans son combat contre la torture et pour la libération de Naâma, son mari ainsi que de ses compagnons.

 

Venus des 4 coins de l’Alsace.

Nous étions une soixantaine de personnes à la salle Ste Barbe de Sélestat dont, entre autres , des acatiens(nes) de Colmar, d’Erstein, Strasbourg, du Val d’Argent, de la vallée de la Bruche…, des membres d’Amnesty et du Réseau Centre Alsace.

Après le mot d’accueil, Annie a évoqué le mandat de l’ACAT et parlé de notre engagement dans le parrainage de Mohamed Bourial, condamné lui aussi à 30 ans de prison en même temps que Naâma Asfari.

Ensuite, Claude s’est présentée et a introduit le documentaire « Dis-leur que j’existe », une histoire sahraouie.

Après la projection, elle a repris la parole pour donner des informations sur la situation actuelle, sur l’évolution du second procès en cours reporté au 13 mars et totalement inique au demeurant, évoquant également au passage l’usage de la torture à l’encontre des opposants au régime qu’ils soient sahraouis ou marocains et le rejet virulent par le royaume marocain de la condamnation pour torture du Comité des Nations Unis prononcée en décembre dernier .

La soirée s’est terminée autour du verre de l’amitié permettant aux participants de prolonger les échanges de manière conviviale et de signer une vingtaine de cartes à l’adresse des prisonniers sahraouis.

Claude les a emportées le lendemain avec l’intention de se rendre à Rabat pour assister au procès tout en sachant qu’elle risquait d’être à nouveau interdite de territoire, ce qui se confirma dimanche soir à son arrivée à l’aéroport.

Dans la voiture le dimanche matin, Claude nous a confié : « L’ACAT a une force de frappe impressionnante. J’ai reçu 10 000 cartes de soutien adressées à Naâma et moi-même par les adhérents. Je ne m’y attendais pas. La poste d’ailleurs non plus ! »

Des témoignages unanimes.

Enfin, voici quelques messages de personnes présentes :

–  Marguerite, du groupe de Colmar:

« Merci pour la belle organisation avec Claude ! C’était une réussite, un temps de partage très riche et convivial ! Hélas, nous sommes désolées pour Claude, même si on s’y attendait un peu ! Continuons à espérer en les portant tous dans la prière. J’ai eu beaucoup de plaisir à revoir tous ; nous formons vraiment une famille . »

– Yvette, du Réseau Centre Alsace:

« Merci d’avoir transmis les nouvelles. C’est terrible, cette situation, et pour Claude, de devoir repartir sans être présente au procès … Je transmets aux membres du RCCA qui étaient là samedi. »

– Aimé, du groupe de la vallée de la Bruche, le lundi suivant:

« Un grand bravo pour la soirée de samedi ; nous avons été impressionnés par l’énergie déployée par Mme Claude Mangin pour obtenir la libération de son époux et des autres codétenus. Le dossier des prisonniers Sahraouis est désormais plus clair dans nos esprits. »

– François, du groupe de Strasbourg, le même lundi:

« Merci ! Les choses, hélas, ne s’arrangent pas … On partage tout cela ce soir à notre réunion.  Encore merci pour la soirée de samedi, riche de contacts et d’informations. »

 

DNA vendredi 10/03/2017

Article paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace à l’occasion de la projection du film « Dis-leur que j’existe » à Sélestat.

Compte-rendu de la réunion de Mars 2017.

 

Le point central de la réunion a été la préparation de la projection du film « Dis-leur que j’existe », le 11 mars, sur la situation du Sahara occidental à travers le cas emblématique de Naama Asfari, dont l’épouse, Claude Mangin, est attendue à Sélestat pour animer le débat qui suivra la projection. L’actualité vient de mettre en lumière les tensions existant aux environs de Guerguerat entre les forces marocaines et les Sahraouis. Claude Mangin repartira de suite le lendemain, même s’il est loin d’être certain qu’elle soit autorisée à se rendre au procès dont les audiences reprendront à Rabat le 13 mars.

Concernant la campagne sur l’accueil des étrangers, les outils fournis par le secrétariat national et les actions proposées ne manquent pas. Sont ainsi à la disposition des groupes une exposition « Voyage en Barbarie » sur les persécutions infligées aux migrants dans le désert du Sinaï, des autocollants, une vidéo pour « déconstruire les idées reçues » (à voir sur Youtube), une fiche sur ces « idées reçues en images » (>>> voir la fiche), la fiche N°10 pour compléter le dossier déjà paru sur l’accueil des étrangers, un appel à être vigilants sur les propos tenus dans les ondes radio et la proposition d’aller rencontrer un élu pour discuter avec lui du sujet.

Rappelons qu’à Sélestat a été organisée en février une journée de formation sur l’accueil des étrangers. Un article intéressant a depuis paru dans la presse.(>>> voir l’article)

Une autre campagne démarre, celle relative aux élections prévues cette année. Le comité directeur a publié un texte intitulé « Manifeste de l’ACAT pour la campagne électorale », ainsi qu’un « guide du militant pour les élections présidentielles et législatives 2017 ». Un tableau comparatif des programmes des candidats est à venir, étant bien entendu que l’ACAT se cantonne à évoquer les trois points concernant son mandat : la défense du droit d’asile – à travers l’accueil des migrants -, la vigilance par rapport aux violences policières et la situation dans les lieux privatifs de liberté, donc les prisons. La ligne directrice de notre message est le respect des droits de l’homme et le slogan choisi s’intitule « 2017 – Votons droits de l’homme ! » (>>> en savoir plus...)

Annie a aussi donné des indications suite aux réunions du comité directeur et de l’équipe régionale auxquelles elle a participé. Nous avons ainsi appris que le militant angolais, Luaty Beirao, qui a rencontré l’ACAT en janvier à Paris après sa libération, vient à nouveau d’être victime, avec ses amis, de violences policières lors d’une manifestation (coups, morsures de chiens…). Les militants angolais continuent donc à avoir besoin de notre soutien.

Rayon de soleil.

Dans la grisaille du quotidien, au milieu des trop nombreuses nouvelles sans intérêt, il y a parfois un rayon de soleil qui vient illuminer la journée et faire chaud au coeur. C’est arrivé ce matin. Le site de Reporters sans Frontières annonce la libération de Muhammad Bekjanov après 18 années passées dans les prisons ouzbèkes (>>> voir l’article). En octobre 2015, nous vous avons présenté la situation critique de Muhammad Bekjanov dans notre rubrique « Ne les oublions pas » (>>> voir l’article). Nous n’avons pas oublié Muhammad Bekjanov. Il est libre aujourd’hui. Réjouissons-nous.

Les pubs (imaginaires) de l’ ACAT ! (52ème épisode)

« Source d’apaisement pour les peaux sensibles »

Original: Avène

(Octobre 2002 : autorisation de l’affiche « AMEN » par la justice française utilisant un symbole chrétien à des fins mercantiles.  Aujourd’hui, nous tournons le concept dans le sens inverse et faisons de la pub chrétienne avec des symboles laïcs, au nom de la même liberté d’expression.)



Nuit des Veilleurs 2017 à Villé.
Voir toutes nos photos

Formulaire de contact

Nom                                                                                           Email
Votre message

Savez vous compter ? (contre le spam) Combien font 2 auquel on ajoute 6 :
  • Recherche

    Effectuez des recherches dans nos articles en entrant vos mots clés ci-dessous