ACAT SELESTAT

ACTION DES CHRETIENS POUR L’ABOLITION DE LA TORTURE
« Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites »  -  Matthieu (25-40)

J’étais si tranquille

Seigneur, pourquoi m’as-tu dit d’aimer tous mes frères les hommes ? J’ai essayé, mais vers toi je reviens, effrayée ! J’étais si tranquille chez moi.  Je m’étais organisée, je m’étais installée.  Mon intérieur était confortable et je m’y trouvais bien. Seule, j’étais d’accord avec moi-même, à l’ abri du vent, de la pluie et des voyous, et je serais restée dans ma tour enfermée ! Mais à ma forteresse, tu as découvert une faille, tu m’as forcée à entrouvrir ma porte.

Comme une rafale de pluie en pleine face, le cri des hommes m’a réveillée. Comme un vent de bourrasque, une amitié m’a ébranlée. Comme s’insinue un rayon de soleil, ta grâce m’a inquiétée. Et j’ai laissé ma porte entrouverte, imprudente que j’étais ! Dehors, les hommes me guettaient.

Ils sont entrés chez moi les premiers ! Il y avait tout de même un peu de place en mon cœur; jusque-là c’était raisonnable. Mais les suivants, les autres hommes, je ne les avais pas vus, les premiers les cachaient, ils étaient plus nombreux, ils étaient plus misérables, ils m’ont envahie sans crier gare ! Il a fallu se resserrer, il a fallu faire de la place pour eux chez moi.

Maintenant ils sont venus de partout, par vagues successives… L’un poussant l’autre, bousculant l’autre. Ils sont venus de partout, de la ville entière, de la nation, du monde… innombrables, inépuisables.

Et ils ne sont plus seuls, mais chargés de bagages: bagages d’injustices, bagages de rancœur et de haine, bagages de souffrance et de péché. Et ils traînent le monde derrière eux, avec tout son matériel rouillé et tordu, ou trop neuf et mal adapté.

Seigneur, ils me font mal, ils sont encombrants, ils sont envahissants. Ils ont faim, ils me dévorent.

Je ne puis rien faire: plus ils entrent, plus ils poussent la porte ! Et plus la porte s’ouvre.

Ah ! Seigneur, j’ai tout perdu, je ne suis plus à moi. Il n’y a plus de place pour moi, chez moi !

Ne crains rien, dit Dieu, tu as tout gagné ! Car, tandis que les hommes entraient chez toi, moi ton Père, moi ton Seigneur, je me suis glissé parmi eux.

Michel QUOIST (1921-1997)

(Prêtre et écrivain)

Les commentaires

2 commentaires, laissez votre commentaire ou faites un Rétrolien.
  1. Angelika Krause
    27 Avr 2015

    Bonjour,
    je cherche l’origine de ce texte. Connaissez-vous le lieu de sa première parution et la date ? Merci


Laisser une réponse



Rassemblement é-KOPP-logique !
Voir toutes nos photos

Formulaire de contact

Nom                                                                                           Email
Votre message

Savez vous compter ? (contre le spam) Combien font 6 auquel on ajoute 10 :
  • Recherche

    Effectuez des recherches dans nos articles en entrant vos mots clés ci-dessous