ACAT SELESTAT

ACTION DES CHRETIENS POUR L’ABOLITION DE LA TORTURE
« Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites »  -  Matthieu (25-40)

Campagne de Russie: pétition et anecdotes à l’hypermarché.

Stand ACATFigée entre les deux skis que je tenais, je vis passer un jeune homme vêtu d’un jeans et d’un blouson, qui se dirigeait vers les marches menant aux bureaux du magasin. Il me dit au passage : « Alors, ça va ? Les gens sont réceptifs ? » Un chef de rayon, probablement, pensai-je. Sans répondre à sa question, je lui rétorquai : « Et vous, vous avez signé ? » « Non, je n’ai pas signé… Mais je peux revenir pour signer !», dit-il sans s’arrêter dans son élan vers les bureaux. « Oui, venez, venez ! » lui lançai-je, alors qu’il disparaissait en haut des marches.

Cinq minutes plus tard, il réapparut et vint directement à la table pour signer la pétition, tout en disant « Vous croyez que ça servira ? ». « Bien sûr, lui répondis-je, vous ne connaissez pas l’histoire du flocon de neige ? Vous savez combien pèse un flocon de neige ? » Et pendant qu’il écrivait son nom sur la feuille, je lui résumai l’histoire qui racontait comment il neigeait, neigeait, et la neige s’accumulait sur la branche, et au bout du X-millionième flocon de neige, la branche craqua. « Oui, me répondit-il en reposant le stylo, les petits ruisseaux font les grandes rivières ! » « Exactement ! », confirmai-je. Et il repartit aussi vite qu’il était arrivé.

Russie Russie Russie Toute fière, j’interpellai Marie-Claire : « Je viens de faire signer quelqu’un du magasin ! » Elle s’approcha de la table et jeta un œil sur la feuille « Mais c’est le nom du patron du magasin ! »

Nous en sommes restées bouche bée… Si j’avais su cela, je n’aurais sûrement pas osé l’interpeler comme je l’avais fait. Et il aurait eu un flocon de neige en moins…

 Annie.

pétition à l'hyper

pétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyper

Comme toujours, il y a ceux qui tournent la tête plus ou moins gênés ou qui n’ont pas le temps; trop pressés pour signer ! Et il y a cet homme qui pousse son chariot de course. Il n’a pas la tête des bons jours. J’hésite. Mais je m’avance vers lui et lui propose de signer la pétition. Rapidement et sans mot dire, il prend le stylo que je lui tends, signe la pétition puis me rend le stylo.  » C’est bien ce que vous faites !  » dit-t-il soudain en s’éloignant sans se retourner.  » Et surtout continuez !  »

Cette brève rencontre n’a pas duré plus de vingt secondes mais elle m’a donné la gnaque pour deux heures ! (…et plus !)

Marie-Hugues.

pétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyperpétition à l'hyper

Les commentaires

Aucun commentaire, laissez votre commentaire.

Laisser une réponse



Rassemblement é-KOPP-logique !
Voir toutes nos photos

Formulaire de contact

Nom                                                                                           Email
Votre message

Savez vous compter ? (contre le spam) Combien font 8 auquel on ajoute 4 :
  • Recherche

    Effectuez des recherches dans nos articles en entrant vos mots clés ci-dessous